Intégrer un TMS (Transport Management Système) doit se faire d’une certaine manière pour pouvoir profiter pleinement du logiciel. Rappelons que son rôle est d’assurer la gestion de l’opération de transport, permettant ainsi aux transporteurs d’être plus rentables. Sans plus tarder, voici quelques conseils pour bien intégrer un logiciel TMS avec un ERP.

Je demande une démo

Comment choisir l’éditeur de TMS le plus adapté ?

Face aux nombreux éditeurs présents sur le marché, choisir un partenaire pour son TMS n’est pas une tâche évidente au premier abord. Pour un choix adapté aux besoins de l’acheteur, il est important de s’assurer que l’ouverture, la couverture fonctionnelle et l’adaptabilité du produit à son équipe ne poseront pas de problème.

Il est préférable de choisir un éditeur capable de cerner les besoins de l’entreprise afin de fournir un produit presque sur mesure. Il doit également avoir une nette compréhension de l’architecture de son système informatique.

L’éditeur devra accompagner l’entreprise pendant les périodes de tests et de formation des équipes. Cela permettra de bien guider les exploitants par rapport à la façon d’utiliser l’outil.

À travers l’intégration du TMS avec DASHDOC, vous pouvez automatiser l’envoi d’ordres de transport depuis votre planning d’exploitation. C’est un outil à la fois simple et efficace qui permet de fluidifier les communications en interne (planning, suivi des opérations de transport et remontée des documents de transport en temps réel) .  Aujourd’hui, DASHDOC est connecté à plusieurs TMS dont D’artagnan de GPI, la suite OMP et l’ACS trans de Cofisoft.

Comment assurer la bonne intégration du TMS ?

Les principaux TMS en France permettent une meilleure organisation des opérations de transport grâce à leur traçabilité en temps réel. Il est préférable d’anticiper l’intégration du logiciel de gestion pour plus d’efficacité. Voici les étapes à suivre :

L'image est une infographie qui représente les étapes pour la bonne intégration d'un logiciel TMS

Définir et répartir les objectifs

La première étape pour intégrer un TMS consiste à définir un cahier de charge bien élaboré qui comprend en détail l’ensemble des fonctionnalités dont l’entreprise a besoin et que le logiciel pourrait apporter.

Le gérant de la société peut rédiger ses objectifs lui-même, ou demander l’avis d’un expert logistique afin de mieux cerner les besoins les plus prioritaires. Le logiciel propose généralement des options telles que :

  • l’aide à la décision ;
  • la gestion du planning ;
  • le calcul des émissions de gaz à effet de serre ;
  • la gestion des eCMR ;
  • une application mobile ;
  • une traçabilité efficace.

Tester le bon fonctionnement du TMS

Pour l’achat de tout type de logiciel, le test est une étape essentielle. L’une des plus grandes craintes des dirigeants de projet, c’est de découvrir que le logiciel récemment installé présente certains problèmes techniques.

Quand l’interface se bloque, les conséquences pourraient être néfastes sur le chiffre d’affaires de la société. D’où l’importance de toujours tester le bon fonctionnement d’un TMS pour les entrepôts logistiques qui s’appuient sur le numérique.

Former les équipes sur son utilisation

Il est possible d’acheter une licence du logiciel et de l’installer sur son entreprise pour commencer à l’utiliser. Dans ce cas, le propriétaire devra former ses équipes à utiliser le TMS. Mais aujourd’hui, les éditeurs peuvent proposer un TMS en mode SaaS (Software as a Service).

Là il ne s’agit plus d’un produit vendu, mais d’un service facturé sous forme d’abonnement selon le niveau d’utilisation convenu. Il s’agit d’une solution globale plus accessible pour certaines personnes, notamment les PME par exemple.

Ce qui est intéressant avec ce mode, c’est que les éditeurs facturent un premier montant qui couvre la formation des équipes destinée à utiliser le logiciel. L’éditeur s’occupera de cette formation.

Je demande une démo