La RGPD (règlement général sur la protection des données) vient renforcer la protection des données afin de responsabiliser les entreprises sur la gestion des données. Le nouveau règlement permettra une harmonisation des lois européennes sur la protection des données, favorisant un meilleur contrôle des autorités publiques. Il sera appliquée dès le 25 mai prochain et remplacera l’ancien article du règlement de 1995 : la directive sur la protection des données personnelles (article 94(1)).
Le secteur du transport routier sera directement concerné par cette réglementation, notamment à travers l’utilisation des TMS et autres éditeurs de logiciels : A quels changements doit-on s’attendre et peut-on déjà juger de son efficacité ?

Les changements à prévoir dans le traitement des données personnelles

Outre le fait de protéger davantage les données des PME face aux nouvelles pratiques liées au piratage informatique, l’atout important de cette réglementation consiste à maintenir le droit des salariés à détenir leurs données à caractère personnelles sans qu’il y ait le risque que celles-ci soient utilisées par une entité tiers. Ces données concernent à la fois le nom, le prénom, l'adresse postale, l'adresse courriel et les données de localisation. Les entreprises de transport ne seront ainsi plus dans l’obligation de transmettre les données des salariés à des plateformes extérieures ou situées à l’étranger.

alt

Les entreprises devront d’autre part indiquer le lieu du stockage, les conditions de chiffrement mais aussi la manière dont les données sont supprimées. Ces données personnelles seront conservées pour une durée limitée (droit à l’effacement) et ne devront pas de plus sortir de l’Union Européenne pour une quelconque exploitation. Les sociétés situées en dehors de l’UE seront tout autant concernées par ce règlement si leurs services traitent les données de résidents européens.

Le nouveau rôle à jouer du transport routier

Le transport routier doit, de ce fait, se préparer à de nombreux changements dans les pratiques de l’utilisation des données des utilisateurs. Grâce à cette réglementation, les données de géolocalisation liées au transport auront l’obligation d’être davantage sécurisées et les conducteurs auront une connaissance plus approfondie de la manière dont leurs informations sont récoltées et exploitées avec ou sans leur consentement.

alt

Les TMS et services comme Dashdoc peuvent ainsi améliorer la transparence de l’utilisation des données et rassurer les utilisateurs afin de poursuivre la transition vers la dématérialisation des lettres de voiture. L’exploitation des données personnelles recueillies au cours des transports mais aussi à travers les applications mobiles et outils de télématiques seront clarifiées :
Données du donneur d’ordre, du transporteur, du lieu de l’enlèvement et de la livraison.
La sécurité autour de la signature électronique permet notamment de renforcer la sécurité des documents CMR et lettres de voiture tout en préservant une haute confidentialité des données.

Le renforcement de la protection des données personnelles dans le transport routier va permettre aux éditeurs de répondre à un besoin de transparence et de sécuriser l’utilisation des données de transport. Les maîtres mots pour le transport : Plus de transparence, moins de risques sur l’utilisation des données. Finalement, beaucoup de positif pour le transport routier de marchandise.